Câbles et bois : une alliance aux multiples avantages dans l’assemblag – Forêt Nordique

Câbles et bois : une alliance aux multiples avantages dans l’assemblage de meubles

On m’a souvent demandé d’où m’était venue l’idée d’utiliser un câble d’acier pour assembler les pièces d’un meuble. L’idée n’a rien de très original puisque le câble est déjà largement utilisé dans les ouvrages de génie civil. À titre d’exemple, le Stade Olympique de Montréal utilise les câbles d’acier pour l’assemblage de ses composantes, notamment ses 38 consoles qui forment son ossature. Chacune des consoles se compose de plusieurs sections assemblées les unes aux autres au moyen de câbles d’acier mis sous tension. L’assemblage de meubles en bois au moyen de câbles peut s’inspirer des mêmes techniques car ce qui peut constituer un avantage et offrir une grande fiabilité pour des structures dont dépendent notre sécurité et notre vie, peut offrir un avantage similaire d’autant plus grand pour des objets du quotidien. Notre vie ne dépend pas de la solidité et de la stabilité de la chaise ou de la petite table en bois qu’on utilise, mais il s’agit néanmoins de qualités que les consommateurs recherchent dans leurs meubles, et avec raison.
 
La première chose que les gens remarquent dans les meubles câblés de la Forêt Nordiques est l’absence de clous et de vis. Cela n’est qu’en partie vrai puisque l’application de la tension dans les câbles a tout de même recours à des éléments à vis, soit des tendeurs et des vis œillet (voir les photos 1 et 2 plus bas). Mais l’un des réels avantages moins apparents est que le serrage des différentes pièces les unes contre les autres ne s’effectue qu’à trois endroits dans le cas de nos chaises et à un seul endroit dans le cas de nos autres meubles. L’application de la tension dans un câble permet de serrer fermement toutes les pièces qu’il relie, les unes contre les autres. Or, qu’y a-t-il d’intéressant à remplacer plusieurs vis par un câble pour l’assemblage de meubles en bois, si ce n’est que de réduire le nombre de points de serrage. Certes, les meubles que le consommateur assemble lui-même offrent l’avantage d’occuper un espace réduit lors de la livraison. Donc, autant exploiter cet avantage s’il y a besoin de démonter le meuble et de le remonter à répétition, comme lors des déménagements par exemple. Dans ce cas, mieux vaut rendre le montage et le démontage faciles et rapides, voir même relativement instinctifs, car on ne déménage pas dix fois dans l’année. Mieux vaut tenter également de limiter le nombre de pièces détachées pour réduire le risque d’en perdre lors du transport. Là seulement on peut prétendre qu’il s’agit d’un réel avantage. Pour revenir à la solidité d’un meuble une fois assemblé et surtout le maintien de cette solidité au fil des années d’utilisation, les câbles d’acier ont la propriété de s’étirer jusqu’à un certain point lorsque sous tension, mais sans se déformer. Ainsi, une fois la tension appliquée adéquatement dans le câble, elle pourrait être réduite de quelque peu avec le temps sans pour autant que la stabilité du meuble en soit affectée. Et au besoin, il s’agirait d’appliquer à nouveau la tension dans le câble.
 Table Yasinski assemblage sous la table au moyen d'une vis oeillet Table Opémiska, serrage du câble sous la table au moyen d'un tendeur
Photo 1                                                    Photo 2
 
Les meubles de la Forêt Nordique exploitent une approche d’assemblage au moyen de câble, développée et éprouvée depuis plus de 5 ans en atelier et dans la vraie vie. Plusieurs améliorations ont été apportés dont la réduction au minimum du nombre de points de déviation du câble et l’introduction de composantes métalliques en ces points de déviation (par exemple, plaque métallique à l’avant d’une patte de chaise sur la photo 3 et gougeon d’aluminium sur une patte de table illustré à la photo 4).
 
 Composantes de métal aux points de déviation du câble
Photo 3                                                                               Photo 4
 
Le design de nos meubles dissimule les câbles et surtout les autres pièces de quincaillerie dans les parties les moins visible, offrant un maximum de visibilité au matériau bois (exemples sur les photos 5 et 6). Certaines portions de câbles demeurent néanmoins visibles, éveillant la curiosité des observateurs qui finissent par demander de voir le dessous de ces meubles (par exemple, la paterre Sakami sur la photo 7).
Vue sous le siège d'une chaise Cachisca-Opataca Table Opémiska
Photo 5                                                                               Photo 6
 
Paterre Sakami
Photo 5
 
L’utilisation de câbles d’acier dans l’assemblage de composantes est largement et depuis longtemps exploitée dans les ouvrages de génie civil, mais son application dans les meubles en bois n’a que très peu de précédents connus. Les meubles de la Forêt Nordique exploitent différentes approches innovantes notamment un design standardisé des pièces pour offrir des variantes aux meubles originaux. L’utilisation du câble d’acier comme mode d’assemblage, demeure néanmoins leur première caractéristique distinctive. Voyez nos vidéos d'assemblage sur notre boutique pour en savoir d'avantage sur l'utilisation de câbles d'acier dans nos meubles.